mardi 23 novembre 2010

La traversée d'Aya


Au petit matin je me réveille en pleine forme. Chic me dis-je, enfin je redeviens matinale. Cela fait quelque temps qu'il faut que je m'arrache durement de mon lit, après avoir de nombreuses fois appuyé son mon réveil ...
je me tourne pour regarder l'heure : 04h04
je veux bien être matinale, mais là, c'est un peu trop tôt pour moi...
je referme alors les yeux, et très vite aspirée par un étrange songe, je tombe dans le noir total. Je me retrouve dans un lieu clos et obscur, secouée dans tout les sens et je ne sais rien de ce qui m'arrive...
Puis je réalise : j'ai basculée, je suis dans la peau d' Aya, cette jeune femme qui dans une note précédente (la femme et le poisson) a vécu une triste histoire avec un poisson. Aya m'a embarquée dans une de ses aventure rocambolesque. Et me voilà confinée dans une hutte pliée en deux, refermée sur elle même, voguant en pleine mer. De l'intérieur je ne vois absolument rien de ce qu'il se passe dehors. Mais un regard extérieur verrait que Aya se trouve sur une mer complétement démontée. Et ballottée par des vagues gigantesque, sa fragile embarcation se trouve mise a rude épreuve.
Et c'est précisément d'une épreuve dont il s'agit.
Dans la tribut d' Aya, il est coutume de faire cette traversée, seul ou à plusieurs.. L'épreuve est simple, il s'agit d'arriver entier sur la plage....
D'ailleurs a quelques centaine de mètre devant elle une autre hutte abrite deux ou trois hommes. Ces hommes ont l'air de bien maitriser leur engin, et Aya, aurait beaucoup a apprendre en les observant. Contrairement à elle qui essaye de résister en agrippant les parois de son engin pour freiner et maitriser le mouvement, ce qui aboutit a casser « l'harmonie » de l'ensemble , eux, adhèrent le plus possible à la vague, la laissent se dérouler jusqu'au bout, et arrivés en haut ils retombent sans dommage, puis enchainent sur une autre vague, et cela avec une fluidité extraordinaire.
Les hommes arrivent sur la plage en bonne forme, rejoint quelques temps plus tard par Aya épuisée, sa hutte est brisée, mais elle est entière. Et c'est ce qui importe. Elle va pouvoir comme d'autres de sa tribut avant elle planter son if sur cette plage....
Elle regarde rêveuse et fière la longue ligne d'arbres bordant la plage symbolisant la réussite de ceux qui ce sont succédé et qui sont allé au bout de cette traversée...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire